Dominique Gagnon : Of the North

OF THE NORTH
Dominic Gagnon / Canada, 2015, Colour / Couleur, 74 min.

Draws on amateur films posted on YouTube, Dominic Gagnon shows the descendants of Nanook in the process of making “their own” cinema. He creates an anti-exotic Vertovian “Kino-Eye”, which reveals trashy and unbridled acculturation and takes apart the existing clichés about the Inuit, too often confined to the borders of the contemporary world. As a filmmaker, installation and performance artist, Dominic Gagnon works with non-orthodox images taken from the Internet. In addition of questioning the specificity of cinema, his work breaks conceptual and formal frames. By these twists, his practice challenges the institutional and cultural modalities of production and consumption of images. Since 1996, his work insists on various themes: mythologies, marginal production of the image and its censorship, the conditions of mediation between the work of art and its spectator.


Dans ce film tiré de films amateurs postés sur YouTube, Dominic Gagnon montre les descendants de Nanouk, en train de faire "leur" cinéma. Il crée un "ciné-œil" vertovien anti-exotique, qui donne à voir une acculturation trash et débridée, et bat en brèche les clichés en vigueur sur les Inuits, trop souvent cantonnés à la lisière du monde contemporain. « In the land of ice and snow, don’t call me Eskimo » (« dans le pays de la glace et de la neige, ne m’appelle pas Esquimau »). Tel est le refrain d’une chanson entendue dans ce film. Dans la lignée de ses œuvres récentes, of the North est un collage de vidéos amateures du web qui propose une vision hallucinée et hallucinante de l’Arctique. Bénéficiant d’un travail sonore exceptionnel qui joue habilement des silences, de la rugosité des enregistrements et de chants de gorge aussi fascinants qu’angoissants, le film ne présente pas juste le regard des Inuits sur eux-mêmes mais aussi celui d’un cinéaste qui, propulsé par l’intensité vitale inouïe de ces peuples aux prises avec un environnement sans pitié, exacerbe la violence, les chocs culturels et l’âpre beauté d’un monde qui devient sous ses yeux une véritable Interzone. Réalisateur, artiste d’installation et de performance, Dominic Gagnon travaille à partir d’images non-orthodoxes issues du Web. Ses œuvres questionnent la spécificité du cinéma tout en forçant l’éclatement de ses cadres conceptuels et formels. Par ces torsions, sa pratique remet en question les modalités institutionnelles et culturelles de production et de consommation des images. Depuis 1996, ses œuvres insistent sur les thèmes des mythologies contemporaines, les productions marginales de l’image en mouvement et leur censure, les conditions de médiation entre l’œuvre et le spectateur.